Au quotidien, nous devons faire face à des allergènes qui peuvent mettre notre vie ou celle de nos proches en danger. Il est donc important d'en connaître les causes et de savoir intervenir en cas de besoin. C'est pour cette raison que nous avons un protocole de gestion des allergies et que nos employés sont formés pour intervenir afin d'assurer la santé et sécurité de vos enfants.

Chaque parent qui inscrit son enfant au CPE doit préciser dans la fiche d'inscription si celui-ci a une quelconque allergie ou intolérance. Il doit nous faire part des informations pertinentes (historique de la famille, réactions déjà survenues) qui nous seront utiles afin d'offrir un environnement sécuritaire à son enfant. De plus, nous demandons au parent de nous fournir une prescription du médecin traitant pour l'administration d'adrénaline ou de toute autre médication ainsi que les recommandations nécessaires. Nous comptons sur la collaboration avec le parent pour nous mentionner tout changement pour nous permettre d'être toujours bien informés et donc pouvoir intervenir adéquatement. N'oublions pas aussi, qu'il est primordial de sensibiliser notre enfant dès son jeune âge à son allergie pour qu'il soit conscient du danger.

 

Les allergies respiratoires

Elles se manifestent essentiellement par la rhinite (avec nez bouché, démangeaisons, nez qui coule, éternuements…) et l’asthme avec crise d’étouffement, de sifflements. Ces allergies sont essentiellement dues à des contacts respiratoires avec des « allergènes » comme les pollens, les acariens domestiques, les moisissures, les animaux.

Les allergies cutanées

Elles se manifestent soit sous forme d’urticaire avec des éruptions de plaques rouges ou rosées, lisses entrainant de fortes démangeaisons, soit de l’eczéma avec peau sèche, rougeurs, démangeaisons parfois saignements et croûtes. Lorsque l’urticaire affecte les extrémités corporelles (pieds, mains, etc.), elle a l’aspect d’un gonflement important appelé « l’œdème de Quincke ». Les causes des urticaires allergiques sont multiples : allergie à des médicaments,  des aliments, au contact de certaines substances animales ou végétales. Pour les eczémas, là aussi les causes sont variées soit identiques à celles de l’urticaire soit liées aux contacts des métaux (bijoux fantaisies, de cosmétiques, de résines, de colles, de tatouages, etc.).

Les allergies alimentaires  

Elles peuvent se manifester par des symptômes cutanés (urticaire, œdème, eczéma), des symptômes respiratoires (asthme), des symptômes digestifs (diarrhée, douleurs abdominales), des manifestations générales parfois sévères allant jusqu’au « choc anaphylactique» (cf les réactions anaphylactiques). Les aliments responsables sont nombreux : chez l’enfant : l’œuf, l’arachide, le lait, le poisson de façon prépondérante ;chez l’adulte certains fruits (kiwi, banane, avocat, pomme, pêches, etc.) ou légumes, le groupe des noix (amande, noix, noisettes, etc.) mais aussi œufs, crustacés, arachides et condiments, etc.)Les allergies médicamenteuses. Quasiment tous les médicaments peuvent être responsables d’allergies de différentes formes : cutanées, respiratoires, digestives mais aussi parfois atteinte du foie, des poumons, de reins et des cellules sanguines. Citons comme responsables fréquents les antibiotiques, les sulfamides, les anti-inflammatoires, les produits utilisés en radiologie ou en anesthésie. À mentionner l’allergie au latex (gants des chirurgiens) pouvant être responsable d’une allergie au cours d’une intervention chirurgicale.

Les allergies aux venins

Il s’agit essentiellement d’allergies aux venins de guêpes, frelons, abeilles. Elles se traduisent souvent par de grosses réactions locales au point de piqûre, mais peuvent déclencher parfois des réactions générales pouvant être très sérieuses. Il importe d’en faire le diagnostic car un traitement par désensibilisation est très efficace.

Les réactions anaphylactiques

Ce sont souvent des réactions brutales qui mettent en jeu la vie du patient allergique : Œdème, asthme, diarrhée, baisse sévère de la tension artérielle, voire arrêt cardiaque sont observés. La prise en charge thérapeutique doit être la plus rapide possible et « l’adrénaline » est le médicament qui sauve.

 

référence : wikipédia